Les p'tits coups d'coeur

Les p’tits coups d’coeur – Mars 2018

C’est le retour des p’tits coups de coeurs mensuels ! Ces petites choses qui m’ont touchée ou plu au cours du mois de mars. Vous venez découvrir ?

  • Netflix – The End of the F***ing World

Le pitch de départ de cette série télévisée britannique était pour le moins intriguant : James, un jeune psychopathe et Alicia la rebelle se rencontrent et décident de fuir leurs parents et leurs vies. Seul souci : le désir constant de James de tuer Alicia.

netflix_end_fing_world

Adaptation d’un comic-book, cette série en 8 épisodes nous embarque dans un road-trip en Angleterre avec deux ados avant tout en quête d’eux-mêmes. Les situations sont souvent loufoques, parfois très drôles, parfois terrifiantes. Au cours de leur voyage, James et Alicia vont croiser un certain nombre d’adultes pas toujours très sains d’esprit. J’ai eu le sentiment que les deux personnages étaient livrés à eux-mêmes, perdus dans un monde hostile.

C’est une série qui m’a fait passée par diverses émotions, j’ai beaucoup ri mais j’ai aussi souvent senti mon cœur se serrer. Je me suis beaucoup attachée aux personnages, surtout à James. Mention spéciale à Gemma Whelan, connue pour interpréter Yara Greyjoy dans Games of Thrones, et présente ici dans un rôle à contre-emploi : une policière professionnelle, engagée mais peu sûre d’elle.

Alicia et James parlent souvent en voix-off et, si je ne suis pas une fan de cette technique à la base, cela marche très bien. Elle nous fait rentrer dans la tête des personnages, nous dévoile leurs pensées qui sont souvent en grand décalage avec leurs actes, leurs paroles et montrent à quel point ils peuvent être vulnérables tout en refusant de le montrer. Un beau portrait de l’adolescence.

En bref, The End of the F***ing World, c’est pour tou-te-s celleux qui aiment les séries britanniques avec ce goût doux-amer si caractéristique et qui veulent découvrir un récit sur l’adolescence et l’amour loin des clichés.


J’écoute très peu de chansons actuelles, je ne suis pas du tout à l’affût des dernières sorties et je ne suis aucun groupe ou chanteu-r-se en particulier. Ca ne date pas d’hier : déjà en primaire, je me sentais en décalage par rapport aux goûts musicaux de mes camarades. J’étais plus chansons Disney, voyez-vous.

Ce qui explique probablement l’amour inconditionnel que je porte aux bandes-originales de films. Ma musique préférée est celle qui accompagne les images sur grand (et petit) écran. J’aime de nombreux compositeurs, mais j’ai clairement un faible pour Alexandre Desplat, compositeur français, favori de Wes Anderson et de Jacques Audiard. Il a remporté de nombreuses récompenses dont l’Oscar de la meilleur musique de film pour The Shape of Water (La forme de l’eau en VF), le film de Guillermo del Toro eux-mêmes oscarisés meilleur film et meilleur réalisateur.

audio_shape_water

C’est de cette superbe musique dont je veux vous parler. Je ne suis pas du tout une professionnelle de la musique, je ne vous parlerai donc pas de rythme etc. mais plutôt de mon ressenti.

J’ai écouté cette musique, une fois avant d’aller voir le film et puis de nombreuses fois ensuite, et je suis transportée. D’habitude, j’attends d’aller voir le film avant d’écouter sa bande-originale pour ne pas me faire de fausse idée et surtout pouvoir mettre des images sur les sons que j’entends. Pour The Shape of Water, pas besoin d’image. La musique est souvent entraînante, avec des tonalités jazzy et un petit sifflement délicieusement entêtant. J’aime l’impression de mystère, parfois très inquiétante, qu’Alexandre Desplat a su donner au film. Et la reprise de La Javanaise de Gainsbourg par Madeleine Peyroux est sublime.

Un petit mot sur le film : j’ai adoré ! Cela m’a fait un peu penser à Amélie Poulain avec cette héroïne pas comme les autres. La question de la différence de l’autre et de son acceptation (ou de son refus) est au centre de ce film poétique. J’ai beaucoup aimé les personnages, variés dans leurs représentations et leurs caractères. Seule la fin m’a un peu déçue, un peu rapide et conventionnelle. Mais le travail de Guillermo del Toro et de son équipe sur les personnages, les costumes, les décors, la lumière est tout simplement envoûtant !


  • Vêtements – Les Jupes de Prune

Début mars, j’ai eu l’occasion de profiter des ventes privées de la boutique parisienne Les Petites Jupes de Prune. Depuis 2012, Prune crée et fait fabriquer des jupes en plein cœur de Paris : des « petites à poches », des plissées et il y en a même pour les mariées et les demoiselles d’honneur. Elles sont reconnaissables avec leurs deux petits boutons sur le côté gauche : la signature de la marque.

C’est la première fois que je découvrais cette (minuscule) boutique remplie de belles jupes, un vrai régal pour les yeux ! J’y ai passé un bon moment, hésitant entre plusieurs modèles et différentes tailles. Les adorables vendeuses m’ont aidée à faire mon choix et je suis finalement ressortie avec deux petites jupes à poches : la Fleur de Paon Bordeaux et la Flocon de neige d’une collection plus ancienne.

jupes_prune

Je l’avoue, je suis amoureuse de ces deux belles pièces de qualité ! Les matières sont douces et agréables, notamment celle de la Flocon de neige. Je les porte très régulièrement et j’adore les faire tourner. Elles ne serrent pas la taille tout en restant bien positionnées : elles ne bougent pas comme peuvent le faire certaines de mes autres jupes dont le derrière se retrouve devant ! Mon nouveau coup de cœur vestimentaire ❤


C’est LA découverte du mois ! Pour une fois, merci les suggestions Youtube ! La vidéo proposée « Minimal Monday – On déménage ?! » n’avait pourtant pas de raison de m’attirer vu que je ne m’apprête pas à partir de chez moi. Mais je suis curieuse de nature, le minimalisme m’intéresse et j’avais du temps. Ni une, ni deux, me voici envoûtée par une douce sorcière, une « ouitch », au bel accent québécois. Originaire du Canada, Josée-Anne vit actuellement en Bretagne avec son mari Stan et Clara-Lune, leur petite fille bien trop mignonne qui vient de fêter son première anniversaire.

Leur style de vie, qui tend vers le minimalisme et le zéro déchet, m’inspire énormément. Josée-Anne montre que le chemin vers un mode de vie plus sain et plus respectueux de la planète se fait pas à pas. Elle-même a été une grande consommatrice et ce sont une prise de conscience et des actions progressives lui ont permis de vivre mieux avec moins. J’aime son naturel, sa joie de vivre, sa simplicité et son ton bienveillant : elle rappelle toujours qu’elle parle de son expérience et que chacun doit trouver son rythme et sa propre manière de faire.

La chaîne est éclectique, on y trouve de nombreuses astuces concernant le zéro déchet et le minimalisme mais aussi des réflexions sur le développement personnel et l’ésotérisme. Si ce style de vie vous attire ou si vous voulez passer de bons moments accompagnés d’une douce voix, alors foncez !

Et vous, avez-vous fait de belles découvertes lors de ce mois de mars ?

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de “Les p’tits coups d’coeur – Mars 2018”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s